Cake gingembre confit et whisky

15822617_10207862042253905_8949728543418170083_n

Pour notre premier goûter familial de l’année, je suis restée fidèle à la recette très classique du cake mais en lui donnant un air de fête.

Ingrédients :

  • 3 oeufs (je rappelle que je ne consomme que les oeufs que mes poules me laisse trainer dans le poulailler et que mes bichettes je les ai sauvé car elles étaient de réforme donc pour les végan comme moi faut vous tourner vers l’alternative aux oeufs dans les recettes)
  • 120g de sucre glace
  • 120g de beurre végétal
  • 160g de farine
  • 1 sachet de levure
  • 70g de gingembre confit (que je trouve à mon biocoop)
  • 2 cuillères à soupe de whisky (que je chipe à mon époux 🙂  )

Recette :

Préchauffer le four à 240° C

Mettre le gingembre dans un bol et verser le whisky dessus

Battre dans un saladier le sucre glace et le beurre végétal ramolli, ajouter les oeufs un par un puis incorporer la farine tamisée avec la levure.

Egoutter le gingembre en récupérant le whisky, fariner les et les incorporer à l’appareil.

Verser le tout dans un moule à cake préalablement beurré (végétal)

Commencer la cuisson à 240°C pendant 5 minutes puis poursuive à 180°C pendant 40 minutes.

A la sortie du four, verser le jus au whisky sur le cake.

 

Publicités

Avancer dans le flou

Je renoue avec le blog https://www.bricabook.fr/ et l’atelier d’écriture.

Toujours sur l’idée que notre charmante hôtesse nous propose un joli cliché pour nous tirer les vers du nez, ou devrais-je dire, les mots de la plume.

Voici donc la photographie de ce 246ème atelier de l’année 2016, et oui le dernier de cette année que nous venons de balayer.

brume-anselme

© Anselme

Et voici mes mots :

Avancer dans le flou

Lorsque le matin tu ouvres les volets

Tu regardes à la fenêtre le paysage tout blanc

L’horizon dans la brûme

Les oiseaux gazouillent à peine

Tes chats s’ébouriffent le poil à peine sortie de leur sommeil

Fumant de leurs moustaches la fumée de leur chaleur corporelle

Tu sors leur servir le couvert

Emmitoufler dans ta robe de chambre

Tes pas bruilland pourtant léger dans l’herbe qui craquelle

Tu voudrais immortaliser ce cliché

De la nature incertaine

De la journée qui ne peut se deviner

Le jour va-t-il vraiment se réveiller ?

Au loin l’insaisissable

Le temps pas à pas va se dérouler

Tu ne peux prédire si le brouillard se lèvera

Tu te plait un peu même à demi caché

Tu savoures l’instant dans cette superbe beauté

Elle est telle à présent à ce moment quoi tu dois le vivre

Et ne pas vouloir aller plus vite

Le soleil n’est jamais loin pour illuminer ta vie.

 

 

Ainsi va la vie

Life

Il y a un bon moment que je ne suis venue écrire ici une gribouille, que je ne suis venue vous parler et cette fin d’année qui arrive demain me donne envie de répondre avant que l’on me pose la question : non je ne fais jamais de liste de bonnes résolutions.

Cette année a été laborieuse dans le monde entier, les hommes manquent de bienveillance et de discernement, la terre ne me semble plus tourner rond.

Les guerres et les haines ne cessent, l’homme ne semble tirer aucune leçon de ses erreurs, on revient toujours à ce que l’homme se croit comme le nombril du monde, à tout vouloir régir et posséder sans rien partager. Aucune gratitude, ou si peu. Et pour ce qui est de prendre de bonnes résolutions pour améliorer la catastrophe, l’homme juge et critique les efforts des autres en ne sachant pas lui-même faire ou proposer mieux.

L’homme prend tout pour acquis, l’homme dispose de tout avec extravagance et à crédit, en grignotant trop largement ce que nous devrions entretenir pour les générations du futur.

Au milieu de tout ceci, mes petits malheurs me semblent bien légers, je ne m’en plaindrais donc pas par respect pour ceux qui souffrent plus et qui ont tout perdu.

Je peux tout de même dresser un léger bilan sur mes décisions et sur mes actes, histoire de m’encourager à poursuivre les efforts.

  • Je me suis enfin décidé à me mettre à l’écriture
  • Je prend enfin des cours de peinture
  • Je suis assidue dans mes séances quotidiennes de méditation, surtout le matin au réveil
  • Je suis assidue dans mes séances de yoga
  • J’ai approfondi ma transition alimentaire puisque depuis deux ans que je suis passée au végétarisme je suis maintenant végan
  • J’ai approfondi mes engagements pour l’environnement, en poursuivant mes actions de ramassage de déchets avec ma famille sur les plages, en réorganisant nos efforts à la maison pour aller vers une conduite presque zéro déchet
  • Je poursuis mon engagement auprès du centre de  protection de la faune sauvage en étant passée de simple bénévole à administratrice
  • Je me suis engagée avec la LPO pour faire le relais d’acheminement d’animaux en détresse
  • Nous avons mis en route une nouvelle façon de gérer notre jardin, ce petit bout de nature en total respect avec la faune et la flore ce qui nous a vallu d’être maintenant rescencé comme oasis nature auprès de l’association Humanité Biodiversité
  • Je suis passée de membre de soutien L214 à membre actif en agissant sur le terrain auprès du public pour informer sur la maltraitance animal, la possibilité de végétaliser son alimentation pour cesser ces massacres, pour les bienfaits de sa santé et pour les bienfaits de notre planête puisque cela contribuerait à aténuer la faim dans le monde et l’effet de serre

Cette année, le plus marquant des évènements est que je suis devenue pour la première fois grand mère d’un petit bout chou, que notre famille s’est vu transformé dans son fonctionnement, on a comme une grande mission maintenant, celui d’être toujours là pour lui et de l’accompagner.

Pour cette nouvelle année qui arrive, je ne fait donc aucune prédiction car je n’ai aucun pouvoir sur ce qui pourra se produire, je vis ici et maintenant, le plus important est d’être bien là dans ce que je dis et fait à chaque moment, en veillant à la plus grande gratitude et à la plus grande bienveillance.

Se torturer du passé ne sert non plus à rien, il n’y a de regret à avoir pour rien, il faut juste avoir le bon regard pour mieux agir tout de suite.

On est ce que l’on veut être et non pas ce qu’on aurait pu être ou ce que les autres voudraient que l’on soit (là je t’ai perdu c’est ça ? 🙂  )

Il ne sert à rien de reporter le mal sur les autres, de juger, ni de condamner. Il faut avoir le bon regard sur soi-même pour définir sa propre ligne de conduite et seulement là, on peut voir si l’on peut proposer son aide ou non dans tel ou tel domaine.

On me reproche souvent de passer beaucoup de temps pour la cause animal. Je n’en suis pas moins atteinte des malheurs que les hommes s’infligent à eux même, car il est bien question de cela, à part biensûr les catastrophes naturelles, tout ce qui nous arrivent est de notre faute.

Soyons vigilant et altruiste. Réfléchissons en nous mettant à la place des autres, des opprimés, pour savoir ce que l’on aimerait que l’on fasse pour nous dans ces cas là, avant de fermer bruyamment nos portes.

Il faut apprendre à être ce que nous devons être et faire en sorte de bien cohabiter.

Soyons dans le présent attentionnés dans nos paroles et dans nos gestes au lieu de regarder en arrière ou de prétendre savoir ce qui se passera demain.

Ne faites pas de listes de bonnes résolutions qui ne sera pas tenue, soyez là tout de suite vous-même, faite le point pourquoi pas, et corriger ce qui vous blesse pour être heureux. Par votre sourire vient celui des autres et là c’est déjà un grand geste de don.

Namasté et je vous souhaite une douce et nouvelle année 2017 et je vous remercie d’être présent auprès de moi.

Tarte généreuse au potimarron

 

14925678_10207362233038987_6424140272980528196_nA la demande générale, je vous livre ma recette de ma fameuse tarte au potimarron parce qu’elle a fait de l’oeil à bien des gourmand(es) 🙂

Ingrédients :

  • 1/2 bûche de fromage de chèvre ou du St Moret ou même du Bleu d’Auvergne
  • 1 pincée de sel et poivre
  • 4 oeufs
  • 1 pâte brisée
  • 1 oignon
  • 1 potimarron

La recette la voici la voilà :

Faire cuire à la vapeur l’oignon et le potimarron pendant 30 minutes coupé et épluché.

Perso je garde la peau pour la faire grillée au four comme des chips 🙂

Ajouter les jaunes d’oeufs, assaisonner, monter les blancs en neige et les incorporer.

Etaler cette préparation sur la pâte et disposer des morceaux de fromage.

Enfourner à 180° pour 20 minutes puis 20 autres minutes à 165°

J’ai accompagné cette généreuse tarte d’une salade de jeunes pousses d’épinard avec des morceaux d’abricots séchées et des cerneaux de noix assaisonnée d’une vinaigrette huile/vinaigre de cidre/ sirop d’agave

 

Vers la sobriété heureuse

vers-la-sobriete-heureuse

Un peu de lecture il y avait longtemps sur le blog et j’y tiens parce qu’en ce moment je suis beaucoup dans les livres de Pierre Rabhi, agriculteur, écrivain et penseur. Il a vingt ans à la fin des années 1950 lorsqu’il décide de se soustraire par un retour à la terre à la civilisation hors sol qu’à commencé à dessiner sous ses yeux ce que l’on nommera plus tard les Trente Glorieuse. Triste spectateur à voir l’homme anéanti à seule fin que tourne la machine économique, au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l’humanité, triste à voir le lien avec la nature rompu, les classes sociales se creuser dans les différences.

Il fait le choix de la modération des besoins et désirs, le choix d’une sobriété libératrice et volontairement consentie, qui permet de rompre avec la « mondialisation », seul choix qui permet de ramener l’homme au coeur des préoccupations .

Je me suis totalement retrouvée dans les pensées de Pierre Rabhi, il est vrai que nous pratiquons chez nous une grande attention à la nature, déjà en étant bénévoles dans deux associations : l’une qui oeuvre pour la sauvegarde de la faune sauvage et l’autre pour le ramassage de déchets sur les plages. Nous pratiquons la permaculture dans notre jardin, nous y avons installé des abris et réserves à nourriture pour les oiseaux, insectes et chauve-souris, nous sommes vegan presque totalement ( le presque à cause de la limite de ce qu’on réussit à trouver comme alternative commerciale en France), nous sommes minimaliste en beaucoup de choses….

Avant même de connaître ce grand homme, que j’ai d’ailleurs connu par le biais de l’association Colibri, nous avions de profondes convictions et nous avions fait des choix parce que nous voyons de notre monde nous inquiète, surtout dans le potentiel de ce que nous aurons de bien à laisser à nos enfants et petits enfants.

Pierre Rabhi dans ce volume, nous assène quelques vérités sur l’état de notre planète et sur les débordements d’une humanité au bord de l’implosion. Il nous invite à retrouver un mode de vie en adéquation avec la nature, il nous invite à la réflexion sur ce que nous nous permettons de posséder au détriment de ce que nous devons entretenir avec respect pour le bien des générations futures. Il tente de nous faire réagir, sans nous obliger à adhérer à toutes ses pensées, il nous invite à cesser la politique de l’autruche, il nous fait un bilan sans brusquerie mais il nous y amène à réfléchir.

Ce livre n’est pas une leçon mais un constat rempli d’espoir, par les exemples qu’il nous donne de personnes qu’il a rencontré et qui on fait le choix comme nous d’oeuvrer pour l’avenir.

L’effet Miracle Morning

miracle-morning1-1-225x300

Tu as certainement entendu parler de cette nouvelle tendance du Miracle Morning, et comme tous les trucs simples rendus incroyables qui deviennent une mode à suivre absolument même si elle ne rentre pas dans notre nature spontannée.

Je suis tombée sur ce livre hier en flanant à la Fnac et le titre biensur a attisé ma curiosité.

En lisant la quatrième de couverture et en parcourant vite fait quelques pages, j’ai eu l’impression que ce livre avait été écrit par moi et je me suis dit Waou ! On est en train de me dire que je fais un truc bien et extraordinaire !

Ce livre t’explique donc qu’il faut que tu trouves le courage au quotidien de te lever au moins une heure à l’avance par rapport à ton réveil habituel, d’un trait au saut du lit, hop hop hop et que tu aies programmé de faire des choses rien que pour toi dans le plus grand calme et la plus pure sérénité.

Et là où je me suis reconnue est qu’en fait je me suis toujours levée avant le reste de ma tribu parce que j’aime vivre le calme et le silence de la maisonnée plongée encore dans une légère obscurité, que j’aime entendre les premiers chants des oiseaux dans notre jardin, que j’aime caliner nos chats parce qu’ils vont me couvrir de ronrons en échange de croquette et d’un peu de lait.

Je me lève très en avance sur mon horaire de départ au travail, puisque je me lève à 6h30 et que je prends mon poste à 8h45 et que je n’ai que quinze minutes de trajet en voiture.

Je me lève tôt aussi parce que je suis de nature hypéractive la journée et que cette période du réveil au calme va me permettre de fonctionner au ralenti et de faire ce que j’aime faire.

Je profite donc de cette heure d’avance pour lire un peu en déjeunant, je vais faire 20 minutes de méditation, parfois j’écris, mais je ne me lève pas d’un trait, je prends un peu de temps pour sortir du lit en faisant quelques assouplissement de yoga pour me déverrouiller le corps je trouve que c’est moins le malmener.

Ensuite j’ai encore largement du temps pour prendre ma douche et faire un brin de ménage, caliner mes Girafes avant leur départ et embrasser le Panda.

Mon rituel du matin me permet de toujours démarrer la journée du bon pieds, d’être vigilante à moi, de donner le temps à mon corps et à mon esprit de ressurgir sans se presser et même lorsque je suis en vacances, je repousse le lever une heure plus tard mais pas plus, je veille toujours à prendre possession des lieux avant tout le monde. Oui j’ai ce besoin de m’accorder un morceau de vie avant la vraie vie, celle ou la plupart des choses seront réalisées par obligation mais je n’ai pas besoin d’un livre présenté en tête de gondole pour le savoir, je me suis simplement rencontré avec mon moi pour comprendre ce qui me faisait du bien.

Ce qui me fait sourire c’est à quel point on peut trouver facilement des ouvrages qui font un carton et un effet de mode incroyable, à quel point un nombre épouvantable de personnes vont l’acquérir pour se forger un rituel en vogue, tout les domaines de la vie les plus naturels et vieux comme le monde y passe : méditation, yoga, pilate, green smoothie, végétarisme, recettes de pâtisserie, écriture, lecture, tenue d’un journal, coloriage zen…

Tout ceci représente des mouvements qui se dévoilent au monde comme extraordinaires et bottes secrètes de vie parfaite alors qu’en fait tous avons la capacité en nous de trouver ce qui nous convient, tous avons la capacité de nous accorder du temps pour réaliser les choses que le aime et comme on aime, il n’y a point besoin d’attendre un nouvel ouvrage ou des articles « copier/coller » sur les blogs pour se réaliser soi-même, être soi-même.

J’ai donc beaucoup sourit en lisant que je faisais un truc »trop dans le coup » chaque matin, lire que ma façon de m’épanouir chaque matin était en fait le sujet d’un livre que tout le monde allait s’arracher. Je n’ai pas acheté ce livre, j’en ai parcouru assez dans le rayon car je ne veux surtout pas me laisser influencer par un « super truc »qui y aurait été noté, j’ai trouvé ma routine et mes réveils sont tous des miracles parce que je m’offre en douceur à la vie et que surtout j’ai la sagesse de savoir l’écouter et l’observer dans sa plus pure simplicité.

Je trouve pathétique d’attendre de se prendre en main et d’être bienveillant pour soi au seul rythme des modes lancées, il faut savoir juste s’écouter, se poser et si cela peut rassurer, et bien oui notons dans un petit carnet nos priorités de bienveillance envers nous-même pour être certaines de nous accorder ce temps dans nos journées souvent surchargées.

 

Permaculture : Késako ?

Une nouvelle rubrique sur le blog, puisque nous nous lançons cette année dans un nouveau potager, plus exactement dans une permaculture.

Je vais donc venir régulièrement exposer ici nos réflexions, nos sources de recherches, nos décisions et nos avancées.

Ce qui donnera une nouvelle source d’information et de partage pour celles et ceux qui voudraient s’y lancer (comme il me l’a été gentillement suggérer, l’échange permet de s’y mettre à plusieurs et de se communiquer les bonnes infos, les bons résultats ou les erreurs).

Tout d’abord, qu’est-ce que la permaculture ?

Cette année, nous avons tout abandonné, à part les herbes aromatiques en pots et la rhubarbe que nous avons déplacé pour tenter de la sauver et cela a eu un vif succès puisqu’elle est en train de produire pour la quatrième fois en plein milieu de nos plantes d’ornement à l’entrée de la maison.

Nous avions auparavant réalisé trois années de suite un potager en carré, trois exactement, avec la culture de l’épinard, du pourpier, de la salade, des tomates, des courgettes, concombre, potimarron, poivron, radis.

La venue de quatre nouvelles poules nous a obligé à repenser la distribution des places au jardin dans sa globalité, donc cette année, nous avions sacrifié notre potager en carrés pour agrandir l’enclos des poules pour leur bien-être, elles vivent paisiblement et vieilliront tranquillement chez nous et en échange de nos restes alimentaires et de ceux de nos deux charmants voisins, elles nous offrent les seuls oeufs que nous consommons à la maison (vegan je ne consomme pas de produit de provenance animal sauf mes oeufs puisque je suis certaine des bonnes conditions de vie de mes poulettes et que les oeufs arrivent de toute façon).

Mais il restait dans un coin de ma tête ce besoin de fournir nos légumes, dans une démarche bio bien entendu comme les années précédentes, mais nous sommes arrivés à réfléchir autrement notre potager, plus en accords avec la nature qui nous héberge.

Nous avons eu échos de la permaculture et avec grand intérêt nous avons creusé la question sur ce concept qui nous correspond parfaitement : un potager qui imite un écosystème en équilibre, où les légumes se ressèment à leur gré, où tout pousse dans une joyeuse pagaille. En permaculture, animaux, insectes et êtres humains, plantes et microorganismes vivent en harmonie dans un environnement sain et auto-suffisant. Ce jardin peu avoir de multiples fonctions, à savoir, production alimentaire de fruits et légumes, production de plantes médicinales et aromatiques, de fleurs mellifères et d’ornement, production de matières végétales réutilisables.

C’est de plus la création d’un espace de vie relaxant, romantique et ludique.

Je vais donc vous expliquer pas à pas notre avancée, en énonçant nos choix et nos démarches et au fil du temps, je vous offrirais nos résultats en espérant que vous y puiserez des informations (qui sont déjà multiples sur internet et en livres mais ici notre expérience donnera un sens pratique comme un point de rappel sur les choses avec travail à l’appui).

PREMIERE ETAPE : OBSERVER LA NATURE SUR LAQUELLE VOUS ETES INSTALLES

La première et des plus importantes, à ne pas zapper surtout car elle détermine tout votre succès de coordination avec votre environnement.

Tout d’abord, point besoin d’avoir à disposition une grande surface, un bout de jardin et même en terrasse ou sur un balcon, on peut pratiquer la permaculture.

Il ne faut donc pas se lancer corps et âme dans le travail, cette première étape cruciale se réalise dans le plus grand calme et vous donne un bon moment de détente, puisqu’il s’agit de réaliser une méga observation de la nature sur laquelle vous êtes installés, voir et toucher les végétaux, les herbes au sol (sachez qu’il n’existe pas de mauvaises herbes elles ont toutes leur intérêt et leur utilité), les arbres qui vous entourent (fruitiers ou non, à fleurs ou non), les arbustes, les jardins environnants si vous êtes à proximité de vos voisins, ou la nature qui entoure votre territoire, les animaux en visitent, vos animaux de compagnie (peut-être des animaux de basse cour ?), les insectes viennent-ils butinner ? les oiseaux et petits rongeurs viennent-ils se nourrir dans votre jardin ?

En permaculture, on cohabite tous ensemble, et chacun a sa part de travail dans un réciproque échange, et il est bon de mettre à disposition de quoi les accueillir et les aider à se nourrir en période froide.

Voici donc ma première étape en photo pour vous présenter notre jardin de 700m2, dont nous réservons ici la partie de droite pour les enfants, qu’ils puissent y jouer et flâner à leur guise, il y a un banc près du chèvrefeuille boule et de l’énorme mimosa, il y a la cabane de jeu lorsqu’elles étaient petites et que nous transformons en cabane d’accueil pour animaux blessé (nous sommes rapatrieurs LPO), il y a aussi le chalet de jardin où sont rangés tous nos outils et où nous pouvons bricoler. Sur cette partie, il y a deux pruniers et un noyer qui fournissent énormément, un buisson groseillé et un ancien carré potager que nous conservons où poussent des soucis, du fenouil et vont y être ajouté d’autres fleurs comestibles. Et si vous avez de bons yeux, vous remarquerez le tas de branchage aménagé en abris parce que deux hérissons ont élus domicile dans notre jardin et sur un des pruniers nous avons fabriqué et installé une mangeoire à clapet pour écureuil.

20161024_122336

Sur l’entrée du jardin, notre « platebande » d’ornement à plantes grasses accueille ici encore la rhubarbe mais aussi des herbes aromatiques.

20161024_122231

De la fenêtre de notre chambre, on peut voir l’enclos des poules sur la droite, juste avant il y a un composteur et deux grandes cuves qui reçoivent les eaux de pluies et où se déversent nos gouttières, un vieux poiriers aussi vieux que la maison qui ne fournit plus que trois ou quatre poire mais nous l’aidons à survivre et on y fait grimper une clématite, et enfin au fond un second composteur.

20161024_122210

Nous avons donc choisi d’installer notre permaculture sur cette partie de jardin, très bien exposée au soleil, à l’abri du vent, nous voulons que cette permaculture face partie intégrante de notre lieu de vie et non pas comme on le fait en général, remise dans un coin du jardin au loin, nous y voulons un lieu de passage et d’intérêt pour toute la famille. A proximité il y a l’arbre à papillon qui attire toutes sortes d’insectes qui nous seront utiles, il y a un prunier qui fera juste un peu d’ombre et nous sommes surtout sur la partie composteurs/récupérateurs d’eau/poulailler et ces trois choses nous seront indispensables.

20161024_122300

Juste au pied du vieux poirier, il y a le vieux salon de jardin en fer forgé récupéré de chez papi, il trainait dans un coin c’était dommage, et nous allons installer au printemps une mare, modeste certes, mais qui accueillera de nouveaux habitants, des crapaux et grenouilles qui fréquentent déjà notre jardin, cette mare offrira le gite et la baignade aux oiseaux qui ont déjà leur perchoir et leurs divers abris dans tout le jardin.

img_20161006_162118

Cabane à mésange

screenshot_2016-10-05-21-49-21-1

Cabane à moineaux

screenshot_2016-10-05-21-49-34-1

Plusieurs abris de ce genre sont installés à divers endroits du jardin pour acceuillir les hérissons (avec cajette retournée et débris végétaux, nous déposons raisins et abricots secs, pain d’épices et croquettes chat sans poisson)

img_20161005_163800

Mangeoir à clapet pour écureuil

img_20161022_133257

Un abri pour les insectes accrochés là où ils sont les plus nombreux, au dessus des pieds de lavande qui entourent le chalet de jardin et où poussent des plantes très florifères.

Il est très important et intéressant de donner le gîte et le couvert à la faune qui nous entoure, notre travail avec eux est collaboratif. Nous avons encore des gîtes à chauve souris à fabriquer et installer, des gîtes à coccinelles….

Voilà pour ce tout premier (et long) article sur notre démarche vers la permaculture, il est imposant parce que le début du travail est bien d’observer la nature afin de décider du bon endroit en harmonie donc avec la faune et la flore. Ici je vous ai présenté notre terrain et expliquer pourquoi nous avons choisi cette disposition et les aménagements que nous avons déjà réaliser pour accueillir toutes les petites bêtes qui nous entourent.

Les prochains articles promis seront plus courts mais précis sur chaque étape de notre travail.

N’hésitez pas à venir me poser des questions, nous sommes novices mais de nos premiers pas (et parfois erreurs) nous pouvons guider celles et ceux qui se posent des questions 🙂 et nous sommes biensur preneurs de vos conseils 🙂