CAKE A LA BANANE VEGAN

2014-12-06_0005

Je vais reprendre le rythme une fois par semaine de vous proposer l’une de mes recettes vegan préférées, celles par exemple qui reviennent le plus souvent à notre table par gourmandise ou parce qu’elles sont simples à réaliser dans notre quotidien. Il se pourrait aussi que je vous en propose des plus « élaborées » pour les grandes occasions.

Je te rappelle, cher lecteur, que je suis donc quasi complétement vegan, dans mon mode de consommation alimentaire et dans mon mode de vie avec ma tribu, à ce détail près que nous avons des poules sauvées de réforme et que nous utilisons occasionnellement leurs œufs après leur en avoir laissé biensur.

Pour ce cake simple et rapide il te faudra :

150g de sucre de canne

70g d’huile de tournesol

150g de farine

1 sachet de levure

1/2 pincée de sel

3 bananes bien mûres (tu peux utiliser celles qui ont trop mûries dans ta corbeille à fruits et qui ne te mettent plus en appétit, pour ne pas les perdre trop rapidement conserves-les aussi au réfrigérateur)

Recette :

Préchauffes ton four à 180° C

Mélanges le sucre de canne et l’huile de tournesol jusqu’à obtenir un mélange bien homogène.

Ecrases les bananes.

Ajoutes la farine, la levure, le sel. Puis les bananes écrasées. Remues énergiquement.

Chemises un moule à cake, verses y la préparation.

Enfournes pour 45 minutes au four.

 

Publicités

De guerre lasse

Atelier d’écriture aujourd’hui sur le blog avec http://bricabook.fr

J’ai délaissé ce rendez-vous depuis bien des semaines, et pourtant il m’était bien agréable non seulement de me prêter à cet exercice ingénieux d’un texte à partir d’une photographie proposée, mais de lire aussi les autres participants, riches de leur plume.

Alors j’essaie de m’y remettre, ne pouvant assurer ma régularité mais en tout cas ma fidélité à cette idée et au groupe.

Cette semaine voici la photographie proposée :

bricabook

Et voici mon texte :

De guerre lasse

Manège, stratagème

Manigances, étourdissements

Manipulation, indirection

De guerre lasse, toute cette affaire n’est pas de mienne

Pion formaté, disposé

Je n’ai plus l’esprit libre de savoir pourquoi je suis ici

Au milieu de toute cette lutte, pour qui, pour quoi ?

Le temps m’use et il m’est un repos enfin de penser de moi-même

Garder la force de n’être moi et de ne pas me laisser à nouveau happer

Il m’est torture de rester pure de mes sentiments, de mes ressentis

Une pause sur arrêt afin de retrouver mes esprits

Me sentir à nouveau maître de moi pour décider j’y de dois être ici là

Le corps fatigué mais l’esprit rempli d’espoir.

 

 

Faut du temps au temps

machine-a-ecrire

Voici déjà venu ce joli mois de Mai et je ne peux que constater qu’il y a bien longtemps que je ne suis venue écrire/parler ici avec vous.

Pourtant, ce petit rendez-vous/exercice me plait bien.

Tout d’abord parce que vous me faites la gentillesse d’être fidèles à me lire et à me laisser vos petits mots.

La tenue d’un blog vous laisse ce petit supplément de paroles, d’humeurs.

Si vous vous souvenez bien, je travaille sur l’écriture de mon premier roman, un dure labeur de plaisir, et écrire ici, tels mes petits textes « d’instincts » que je partage sur les réseaux sociaux, me donne à un exercice supplémentaire du phrasé et du verbe, de la régularité aussi. Finalement, c’est comme aller à la salle de gym, il faut être rempli de rigueur pour soi-même pour être joyeux de ses résultats.

Ce début d’année a été très chargé et je vais vous en parler dans le prochain article, et c’est en partie pour cette raison que j’ai dû réorganiser mon temps pour ne pas perdre de vue l’essentiel. J’ai dû faire des choix et mettre certaines choses entre parenthèses et maintenant que les choses prennent leur place peu à peu, je peux revenir vers les choses qui me manquent.

Donc c’est avec plaisir que je vais tout d’abord me prêter à l’exercice de plannifier nos rendez-vous ici, pour y être peut-être peu mais bien, et avoir du contenu à partager avec vous, ça j’en ai, mais je dois contenir ma fougue et vous permettre de ne pas vous y perdre.

Tenir un blog est certe comme un parloir face à soi-même, mais il ne faut pas rester cacher derrière le rideau, il ne faut pas être dupe, on se laisse découvrir peu à peu.

 

Le temps écroulé

Mon texte pour l’atelier d’écriture n°249 chez http://www.bricabook.fr

Un texte particulier, mon époux vient de perdre son emploi, licenciement économique. Après de longs mois où je les ai vu le moral au plus bas, voir leur travail s’effondrer et les locaux se vider, le coup de massue a été donné vendredi soir et chacune nous avons récupéré nos époux délabrés, effondrés. En voyant ce corps vasciller dans cet espace comme un fantôme, je n’ai pu m’empêcher de penser à eux et à vouloir leur rendre hommage .

15966013_10154352618339952_8075155248587141329_n

© Vincent Héquet

Après treize années à passer là,

Chaque matin le rituel sempiternel.

Prendre mon ordre de mission,

Faire rugir le moteur.

Partir au loin, l’oeil affuté aux nouveaux horizons.

Café fumant dans le thermos, ma lunch box sous le palto,

Ma clope au bec, les doigts gelés.

Treize années à passer là, le papier défraîchi du bureau, la moquette limée par les pas,

Le tabac froid dans les cendriers, les traces de doigts sur les dossiers.

Le hangar rempli de palette, au fil des planches saisissent les courant d’air.

Treize années à passer là, les saluts ça va, les mains serrés, les discordes et les pots de fin d’année.

Une vie qui s’achève après treize années, les visages se sont effacés, les yeux lugubres de ceux qui sont jusqu’au bout restés,

A voir les moteurs endormis dans la cour, le hangar vide qui résonne.

Fini les ordres de missions, le téléphone se fait muet.

Je flotte au centre du vide, tout me passe au travers, cela a-t-il bien été ?

La fin d’une histoire, de tant d’énergies défoulées, mon corps vidé à l’avoir trop fait existé.

Les aux revoirs se langissent, les souvenirs remplissent le vide, comme des fantômes, le corps et l’esprit malmenés à résister, le dernier souffle de volonté flotte au travers des murs, ce grand espace vidé, les parfums laissent au retour au passé, plus rien n’est, mais les âmes à y avoir existé habiteront l’espace de leur mémoire.

 

 

 

 

Douce veillée

Nous voici enfin arrivés à destination et mes yeux s’écarquillent, je ne pouvais rêver mieux.

Nous attendions depuis si longtemps à pouvoir passer un Noël de rêve, féérique comme dans les contes de fée.

Nos valises avaient été bouclées avec à l’intérieur quelques pulls très chauds en grosses mailles torsadées, deux jeans.

La tête bien au chaud sous nos bonnets, les mains comme celles des enfants dans les moufles et le nez emmitouflé dans une grosse écharpe.

Nous avions pris la route en fin d’après-midi, il nous fallait quelques heures pour rejoindre l’endroit. La nuit était vite tombée, les températures si négatives depuis plusieurs jours nous donnaient la prudence à rouler. Un épais brouillard rajoutait l’inquiétude, les kilomètres défilèrent à douce allure.

Enfin donc arrivés à l’adresse indiquée. Il y avait longtemps qu’on n’avait pu se retrouver tous, et l’excitation en faisait oublier le froid.

Nos sourires affichés, les pieds sautillants, la bouche fumante, sur le pas de la porte avec notre valise, on nous ouvrit pour nous laisser happer par la chaleur et le parfum du vin chaud aux épices.

Tous les uns dans les bras des autres à savourer notre plaisir, à nous retrouver dans ce joli chalet, au pieds de la montagne. Le feu crépitait dans la cheminée, la cuisine se laissait conter des ses alléchantes odeurs. Les fauteuils habillés de multiples coussins et de plaids accueillants, les lumières tamisées, les tapis chauds sous les pieds.

Le chien nous fit aussi la fête, le chat pelotonné près du feu.

Une pièce pas si grande mais tellement accueillante, de ses couleurs et de ses styles mélangés, qui n’ont pas été arrangés mais chinés au coup de coeur, ceci y mettait toute l’âme de cette décoration si familiale, on s’y trouvait comme chez nos grands-parents, comme dans une maison déjà fréquentée.

En haut de l’escalier nous attendait notre chambre. Les meubles sentaient bon la cire, l’édredon sur le lit semblait si moelleux. La petite fenêtre donnait aux yeux le spectacle des sapins majestueux, fièrement dressés de leur force à avoir tout su affronter.

Les plafonds étaient bas, donnant une ambiance sécurisante à cette chambre. Dans un coin, le meuble de toilette avec son dessus de marbre nous permettait de nous rafraîchir un peu de ce long trajet.

Afin de les retrouver tous enfin, autours de la table, pour ce premier repas partagé, à nous raconter toute notre histoire passée depuis la dernière fois, à voir courir autour de nous les enfants marquant le temps, les cris de joies, les verres sonnaient les uns aux autres pour se souhaiter de savourer ce moment présent comme le plus beau des cadeaux, et se promettre d’y revenir sans tarder à voir les enfants trop grandir.

Ceci est mon texte pour l’atelier d’écriture n° 248 que nous propose chaque semaine notre amie Leiloona du blog http://www.bricabook.fr

Toujours sur la même idée, elle nous propose un cliché et nous faisons parler notre plume. Et voici la photo de la semaine

roumanie

© Alexandra K

C’est un plaisir de se retrouver tous chaque semaine pour partager nos textes et je vous invite à découvrir celui de Leiloona biensûr et des autres participants.

Je leur offre ma voix

bebe-canard-wallpaper-1600x900

Tu connais mes engagements pour la cause animal. Il arrive qu’on me reproche de m’y consacrer corps et âme et on sous-entend que je veux convertir tout le monde au véganisme.

Tout d’abord ma prise de conscience a été tardive parce que comme tout le monde, je croyais bêtement que ce qui se trouvait dans les rayons venaient de « belle mort », j’ai été la pauvre gourde qui mangeait du foie gras lors des repas de famille en étant certaine que le gentil canard était mort de sa vieillesse. Mais ça c’était avant. Avant d’avoir entre deux boulots accepté des missions en usine agroalimentaire. Et chez nous en Bretagne, tu ne fais pas 10 kms sans croiser un camion emmenant de pauvres animaux à l’abattoir.

Ma journée a mal débutée en entendant ce matin sur France Info que 800 000 canards allaient être abattus par mesure de précaution pour enrayer l’épidémie de grippe aviaire. Il faut tout liquider a dit le ministère de l’agriculture et ne rien garder des canards morts.

Plus d’un millions de canards produits pour la consommation à coup d’insémination artificielle intrusive violente pour les canards à qui on retirera le droit de vivre très rapidement puisqu’une majeure partie va être cloitrée dans des cages où ils ne pourront pas ébattre leurs ailes avec juste un espace pour y caler la tête afin de faciliter le gavage qui amènera des souffrances intolérables, afin d’amener leur foie en un minimum de temps à dix fois son volume normal. Une pratique épouvantable, sans oublier le massacre sans précaution des poussins femelles jugés impropres à la qualité souhaitée du foie gras.

Tout ça pour notre plaisir, notre besoin sous couvert de tradition gastronomique et de « culture » représentant la France !!!

La France qui reste l’un des quatre derniers pays à suivre cette pratique, sans oublier bon nombre de pays qui boycottent ce produit.

Nous sommes loin du petit éleveur avec sa petite ferme et son petit cheptel dont il prenait grand soin. Toute cette « marchandise » trouvée dans les rayons vient de production en batterie à des chiffres inimaginable !

Notre pays surproduit, nos rayons doivent être toujours pleins, c’est ce qu’exigent les chaînes des grands magasins alimentaires, pour attirer le client et présenter de beaux étales, alors qu’un pourcentage effroyable de cette même marchandise sera jeté à la poubelle ! Je le sais de source sûre puisque travaillant dans un centre de sauvegarde de la faune sauvage, nous devons malheureusement nous approvisionner auprès de ces chaînes de magasins pour avoir de la nourriture à moindre prix. Je le sais aussi de source sûre parce que mon époux travaillant dans le transport routier, voit des palettes entières de marchandises vouées à la benne !

Nous n’avons aucune excuse à maltraiter les animaux, nous les surproduisons à coup d’insémination et les emmenons à l’abattoir sans précaution, et les règles pour ne pas leur faire subir de souffrance avant la mise à mort ne sont majoritairement pas respectées pour cause d’économie, les animaux sont dépecés sur les chaînes encore conscients !!!

Dans certains pays, des pratiques horrifiantes existent encore, comme la viande de chien !!

Les expériences scientifiques sont encore pratiquées sur les animaux et nous persistons à nous vêtir de matières animales !!!

Il existe des tas d’alternatives que se soit pour se vêtir, pour se nourrir ou pour réaliser des expériences médicales.

Il est épouvantable d’entendre la mise à mort de tous ces pauvres canards produits en quantité incroyable pour un rendement maximal.

Voilà pourquoi je suis engagée sur le terrain, pour donner ma voix à ces pauvres animaux qui ne peuvent s’exprimer pour se défendre.

Je ne donne de leçon à personne, j’informe parce que je regrette de l’avoir été tardivement, j’explique et je propose de façon alléchante des recettes qui ouvre le chemin vers les bonnes alternatives. Je suis végan, ma tribu est devenue végétarienne même si mon époux reste flexitarien sa consommation de viande ou de poisson est presque inexistante. Nous poursuivons nos efforts, nos testons de nouvelles saveurs en cuisine et surtout j’agis pour faire entendre la voix de ces pauvres bêtes qui n’ont rien demandé, celles vouées à l’alimentation comme celles que l’on maltraite, comme celles que l’on chasse pour un loisir zéro euro !!!

Que notre gouvernement assiste nos éleveurs pour leur permettre une reconversion, que le système cesse de leur demander de produire encore et encore sans même évaluer réellement « les besoins ».

Vous aimez certainement profondément votre animal de compagnie, votre chien ou votre chat vaut-il plus de vivre qu’un canard, une vache, un cochon… ? Pourquoi à certains vous donnez une place dans votre coeur et d’autre dans votre assiette ?

Et si vous pensiez cela pour votre santé, pour la protection de l’environnement et la diminution de l’effet de serre et surtout vaincre la famine dans le monde, parce que tout ce que nous produisons pour nourrir tous ces animaux, c’est ce que nous produisons pas pour nourrir les pays pauvres.

Réfléchissez et donnez votre voix aux sans voix

Un renouveau qui se ressemble

paysage-campagne-brenoble

Chacun a retrouvé son rythme.

En ces lendemains de vacances, reprendre les pas accélérés, les gestes programmés, les pensées pressées.

Le long des trajets à chacun dédiés, les rues encore qui scintillent nous rappellent ce temps de fête tout juste derrière nous. Vestiges d’une atmosphère chaleureuse, rappel des bons souvenirs à vouloir voir durer encore.

Tant de choses remémorées, à se raconter, partager sa joie de coeurs tout chavirés.

Emmitouflée dans cette écharpe, le bonnet bien calé et les mains gantées, la peau caressée de mon parfum préféré, mes joues rougies par le froid cristallin. Me dire tout ce qu’on a rit, heureux de s’être trouvés en famille tout juste agrandie de ce petit être innocent, insouciant.

Reprendre son quotidien comme un peu encore ailleurs, pas tout à fait revenus, la mémoire dans la brume, le temps dehors glacial habille de flou nos chemins, comme nos yeux voulant regarder encore un peu en arrière.

Se souhaiter un autre avenir et pourtant tout est là dans la continuité, dans tout cet inachevé, dans tout ce qu’il y a à corriger. Ne rien regretter du tout rassurant, reprendre là où on en était pour mieux persister.

Reprendre nos partages de vie en fin de journée, se retrouver à la nuit doucement tombée, les traits un peu tirés.

Qu’il est bon ce temps obligé de lève tôt et de tout à faire, qui nous rode dans cette danse au temps réglé.

Il est bon le temps du repos, du rythme slow, des minutes remplies au ralenti, mais ce quotidien aux directions ordonnées réconforte de l’utilité à la vie, de l’accomplissement.

Reste à rêver tout de même aux prochaines vacances où l’on pourra à nouveau ensemble prendre le ralentissement, le parfum de la flânerie qui fige dans le présent.