A corps perdu

73acd5980a2b5eeb803c61778cee3435

Lorsque aout s’offrait à moi comme un temps de vacances, de repos, de plaisir et de partage

Aout s’est finalement révélé comme une forteresse prisonnière

Lorsque votre âme décide de ce dont elle veut se souvenir

Lorsque votre âme décide de ce dont elle veut oublier

Lorsque votre volonté vous fait avancer

Lorsque votre nature profonde est de toujours remercier les nouveaux jours

Lorsque vos yeux s’émerveillent de savoir voir au moins un petit bonheur par jour

Lorsque vos yeux s’émerveillent de la simple nature qui vous entoure

Lorsque votre bouche n’exprime que sourire pour éveiller celui des autres

Lorsque votre bouche n’exprime que des mots bienveillants pour rendre les autres sereins

Lorsque vos mots se font discrets pour tendre mieux l’oreille

Lorsque vos bras sont toujours grands ouverts sans pour autant aveuglément pardonner

Vous faites ces choix d’être et de ressentir, d’exprimer, d’espérer, de partager

Votre corps lui, subit votre volonté sans se démotiver

Il arrive un jour où votre corps trop sollicité d’avoir fait comme si de rien n’était

Il arrive un jour où votre corps vous lâche pour vous obliger à mieux vous regarder

Il arrive un jour où votre corps vous avoue que vous avez trop souvent oublié de le ménager

Ce corps vous fait alors défaut

Ce corps ne fait plus équipe dans votre sens

Ce corps vous montre ses blessures et vous les faits bien ressentir

Ce corps demande de l’aide, un liquide neuf au creux de vos veines

Ce corps demande de l’aide pour le soulager et le faire planer vers des temps plus légers

Alors vous vous battez pour ne refaire qu’un avec lui

Alors il va falloir du temps pour penser les plaies

Alors il va falloir du temps pour souffrir sa colère

Il vient le temps de le réapprendre

Il vient le temps d’accepter ce nouveau corps que vous avez conduit à ce qu’il est aujourd’hui

Il vient le temps d’envisager les choses autrement, encore dans la douleur pour un temps

Mais il est toujours temps de lui exprimer encore plus fort que vous aimez la vie

Il sera à jamais toujours temps de sourire à pleine dent comme un enfant émerveiller comme si tout était pour une première fois

Il est temps plus que jamais de ne rien lâcher, de ressouder les liens et de ne faire qu’un pour avancer pas à pas, plus lentement mais en se rappelant que tout peut vite basculer pour qu’un peu la vigilance nous ai fait défaut, que l’on est voulu penser à tous et plus à soi

Il est temps de croire que l’on peut faire pour eux comme pour nous même, qu’il y a sur le navire du temps de la place pour tout pour peut qu’on sache mettre ses priorités.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s