Notre enfance n’est pas la leur

inspiration-les-enfants-en-noir-et-blanc-3968327

Le souvenir de mon enfance

Insousciance

Le temps au foyer était trop souvent agîté

De ces disputes, reproches, de ces cris et de ces coups

Tout ce que l’on donne de notre être insatisfait

A ne savoir aimer mais posséder l’autre à ce qu’il soit comme imaginé

Le temps de mon enfance aux pantalons pattes d’eph

Des sauts à la marelle et des ours en peluche

De l’unique poupée confidente de notre tendresse

Le temps de mon enfance

Des bulles de savons et des yeux qui piquent

Des bonne nuit les petits avant de s’endormir

Le temps de mon enfance

Où les saisons bien réelles donnaient le ton

De nos rituels vestimentaires

Des plats chauds et des piques niques sur l’herbe

Les longues balades à vélo en solitaire

Vagabonder dans la forêt avec le chien, admirer ce chemin qui menait à la grande demeurre

Où j’imaginais de grands personnages et de somptueux banquets

De cette statue découverte au hasard

Entre ronce et rosier ancien

Le songe d’un amour passionné, le souvenir à ne jamais vouloir oublier la douceur du visage

Le temps de mon enfance

A s’évertuer de matériel à orner notre vie

Sans conscience du simple et du plus riche

Le temps de mon enfance

Des inventions et des grandes découvertes

Des jeux tout bêtes à s’arroser d’eau

A se régaler des parfums de la cuisine

Des odeurs de cire sur les meubles

Des rendez-vous joyeux à camper au creux du bois

A se retrouver en famille, à partager les joies

Le temps de mon enfance

De ces été en colonie de vacances

Des feux de camps

Des chansons et des guitares

Des contines apprises par coeur pour faire avancer nos pas lors des grandes randonnées

Le sac à dos rempli du juste besoin

Des goûters aux grosses tartines de pain blanc

De la confiture qui colle aux doigts

Et du lait qui dessine les moustaches

Le temps de mon enfance

Où l’on faisait des rêves et des listes de souhaits

Où l’on croyait au Père Noël

Où même sans y croire forcément, on aimait rentrer dans une église

Aux lueurs des cierges voir le petit être qui promettait

Le temps de mon enfance

Il a été tourmenté de ceux qui n’ont su s’en contenter

Difficile et souvent douloureux des êtres

Alors que la vie était si douce et presque innocente

Le temps de mon enfance

Où l’on avait le temps de se relever des malheurs

Où l’on s’unissait pour tout reconstruire au meilleur

Le temps d’aujourd’hui que j’offre à mes enfants et petits enfants

Est celui des listes tristes de craintes et de haines

D’âmes tourmentées à ne plus savoir donner des repères

Le temps d’aujourd’hui n’a plus de piliers

Les fondements qui guident à tout construire et tout envisager

Les mots d’amour et de paix semblent avoir été inventé en toute naïveté

Le temps d’aujourd’hui où l’on fait tout naître pour tout détruire

Sans besoin juste dans le profit, la jalousie, le besoin de tout régir

Le temps d’aujourd’hui où l’on refuse les compromis

Les alternatives meilleures auxquelles on tourne le dos

Comment apprendre aujourd’hui à mes enfants à mettre un pas devant l’autre

Effacer le noir pour laisser revenir l’arc-en-ciel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s