Ma retraite méditative

marche-méditative

Ce week-end, je me suis coupée « du monde virtuel », j’ai mis mon téléphone portable en mode avion. J’ai participé à une première journée de retraite méditative, en compagnie du groupe de personnes que je rencontre chaque mois pour une matinée de méditation guidée par Gwenaël, ancien moine bouddhiste, de la branche theravada.

Notre journée s’est déroulée en plusieurs étapes progressives.

Après avoir été chaleureusement accueilli comme à chaque fois, nous nous sommes installés confortablement sur nos zafu afin de pratiquer Samatha, durant 45 minutes, une méditation de recueillement accès sur la respiration et la récitation dans notre tête d’un mantra de bienveillance.

Nous avons enchaîné par une trentaine de minutes de marche méditative. Un excellent exercice en plein air, au milieu des chants des grenouilles. Outre le fait de nous dégourdir les jambes et de nous revitaliser pour la suite de la pratique de la méditation, cette marche méditative nous apprend » à marquer » nos pas, à décomposer nos gestes dans la pleine conscience.

mudra.zen

Nous avons ensuite rejoint notre salle pour pratiquer pendant une heure de Vipassana, une méditation accès sur les sensations, la concentration sur notre respiration en une partie choisie par nous-même de notre corps, pour moi je me situe au niveau du pléxus solaire,et nous avons mentalement réalisé un boddy scann, là aussi un excellent exercice pour entrer en total communion avec notre corps.

Nous avons poursuivie par quelques enseignements bouddhistes. Dans notre pratique du theravada, ce que j’aime, c’est l’exclusion de tout ordre religieux. La transmission des écrits est réaliste, moderne et adapté à notre quotidien. Nous apprenons juste à être bienveillant avec tous les êtres vivants afin d’être bienveillant avec nous-même, nous apprenons à vivre en pleine conscience notre vie, nous apprenons à être mettre en accord notre esprit et notre corps, cela nous permet de mieux gérer nos émotions, de ressentir de la gratitude envers chaque chose que la vie nous offre, nous en retenons que chaque nouveau jour à au moins son petit bonheur et qu’il ne faut pas renier les embûches mais les surmonter en toute sérénité. Se torturer ne fait pas avancer les choses plus facilement, ruminer le passé et envisager le futur ne permet pas de maitriser quoique ce soit, ni de mieux profiter de l’instant présent.

Notre journée s’est poursuivie ensuite par un tour de parole, où chacun fait part de son ressentie, soit envers la séance, soit envers son cheminement dans son quotidien depuis sa pratique de la méditation.

Et pour couronner le tout, nous avons partager un repas. Profitons d’un rayon de soleil, nous avions chacun apporté de quoi nous substanter et surtout de partager. Ce repas fut riche en témoignages, où chacun a pu encore parler de ses expériences, de ses voyages, de ses rencontres…

252797_2016841656803_2231195_n

Je pratique la méditation au quotidien, j’ai réussi à instaurer un temps bien à moi pour me retrouver isolée. La méditation ne se pratique pas du jour au lendemain, c’est un long chemin à parcourir. L’esprit est souvent bavard et nous encombre, il faut le maitriser sans le rejeter. Il ne faut surtout pas chercher à être « parfait » dès la première séance, même un moine est en perpétuel évolution vers l’éveil, la méditation doit resté un geste de bienveillance envers soi-même et non une séance de torture. On apprend à mieux connaître son corps, le fait de prendre conscience de son souffle a de réels bienfaits sur la santé et sur la sérénité de vie. La méditation ne me permet pas de vivre dans un nouveau monde comme celui des bisounours, mais bien au contraire, d’être encore plus présente là où je suis et au moment où j’y suis et avec tous les êtres vivants qui m’entourent. J’ai une meilleure emprise sur moi et cela se fait ressentir dans mes relations avec les autres, dans ma façon de profiter encore mieux de choses si simples et que pourtant j’oubliais. Dorénavant, je mange en pleine conscience, tel un yogi, je « respire » mes pas lorsque je me balade en forêt, mes oreilles se sont « affutées » et j’entends tout autours de moi, comme le joyau du chant des oiseaux…toutes ces choses simples dont j’étais consciente avant et que je savais apprécier mais maintenant, je dirais que chaque instant de la vie me pénètre comme un moment d’extase, comme un joyau précieux. J’ai besoin de ces rencontres, où le groupe peut échanger pour mieux avancer, où notre guide nous rassure et agrandit notre savoir de vie.

J’ai une prochaine journée de retraite programmée sur juillet, et je vais tenter un week-end entier sur aout ou septembre et mon rêve serait de pouvoir partir pour une semaine.

Namasté.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s