Une Phrase, Un Texte #5

atelier-c3a9criture

Voici ma troisième participation à l’atelier d’écriture de Fanny du blog https://lesbilletsdefanny.wordpress.com et comme d’habitude, sur son blog, vous retrouverez son écrit et celui des autres participants.

Le mien n’y figure pas cette fois, mon envoie s’est fait en retard pour cause d’ordinateur en réparation, mais mon texte étant écrit depuis bien avant la date limite et vu que celui-ci me tenait encore plus à coeur que les autres, étant donné que les premières lignes qui devaient nous inspirer sont tirées d’un livre d’une de mes amies, bref, je tenais à l’encrer ici et à ce que vous puissiez en profiter.

Donc la semaine dernière, Fanny nous a proposé de travailler sur la suite des premières lignes du livre « Zou » d’Anne-Véronique HERTER :

Qui suis-je maintenant? Comment dire d’où je viens et où j’aime aller si je n’ai plus la base de mon histoire pour m’y appuyer?

Voici mon écrit à moi :

Ici pour se retrouver

Qui suis-je maintenant? Comment dire d’où je viens et où j’aime aller si je n’ai plus la base de mon histoire pour m’y appuyer?

Brides de souvenirs, des lieux qui me rappellent.

Parfum d’autrefois, musique en tête.

Il me semble encore savoir le goût du chocolat.

Son visage familier.

On me dit qu’ici je serais née.

Cette enseigne de café, je crois la reconnaître. Rues pavées, il me semble marcher dans mes traces.

Assise, la fumée de mon thé chaud se fait volupté. Discusion pour me remettre sur la piste.

J’ôte mes souliers, pieds nus, je décide quelques pas sur la plage. Sur les galets, il paraît que j’y aurais fait mes tous premiers.

Le froid saisi mon sang, embruns stimulants.

Certains me disent que j’ai toujours aimé ça, comme à chaque premier jour du nouvel ans où je m’offrais au premier bain.

Un chemin de sable m’ouvre le sens. Je vais de long en large sur cette plage. Les vagues me taquinent comme quelque chose à me dire.

L’hier m’a laché, ce que je resens est pourtant bien réel, sentiment de plaisir mais comment dire s’il en a toujours été ainsi?

Il me semble que oui. Je ne sais ce que j’y ai fait ni comment j’étais avant ce jour. Je suis celle qui d’essayer tant de choses, usée du temps à ne pouvoir relater le commencement. Je suis celle d’ici et maintenant qui aime entendre le chant des vagues, le cri des mouettes, qui rêve de voyages sur nos îles au loin, sourire aux enfants barbottants.

Je ne cesserais de marcher sur ces grands larges pour me retrouver.

Si je ne peux me rappeler, je ne sais qui j’étais et si j’aimais. Mais là à l’instant, tel je me ressens, ici et maintenant, légère et épanouie.

Il me faut m’imprégner de ce lieu qui déclenche en moi des souvenirs, légers et fugasses, mais seuls indices afin de pouvoir dire qui j’étais.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s