Pleine conscience

la-vie-quotidienne
A l’heure où nos conditions de vie tendent à nous priver d’oppotunités fondamentales, telles que l’introspection, le calme, la lenteur, la continuité…oû nos conditions de vie nous imposent toujours plus de sollicitations, d’interruption, d’agitation…la pratique de la méditation et notamment de la méditation de la pleine conscience m’aide à éprouver une meilleure présence au monde fondée sur le recul et le ressenti non verbal, une conscience plus attentive et tranquille.
La méditation n’est pas une pratique spirituelle ou religieuse, loin des idées reçues, je ne suis pas assise systématiquement dans la posture du lotus à faire le vide dans ma tête, je ne passe pas en état de « trans », je ne force pas mon esprit à réfléchir sur des sujets métaphysiques comme la vie ou la mort, encore moins le cosmos 🙂
Même si la méditation n’est ni une pratique de relaxation et non assimilée à la sophrologie, telles ces deux pratiques, j’en ressens un grand apaisement, pendant ma séance et cela se poursuit tout au long de mon quotidien.
La méditation de la pleine conscience ne consiste pas à faire le vide.
Dans la pratique, je vais d’abord m’installer confortablement dans un endroit calme où je ne risque pas de déranger ni d’être déranger ; ma pratique quotidienne dure en générale une quizaine de minutes, voir plus si je pratique en pleine nature, en marchant par exemple.
Je ferme les yeux afin de ne pas me laisser perturber par ce que mes yeux voient pour mieux m’observer de l’intérieur. Je vais devenir observatrice en toute conscience de se que mon corps vit, du blabla de mon esprit, sans chercher à l’intérompre ou à le juger, je vais regarder en moi ce que je ressens et pourquoi sans me laisser entraîner, je vais plutôt chercher à me rattacher à un souvenir heureux pour m’apaiser, puis revenir à mon état initial pour finalement comprendre que je peux le contourner sans l’esquiver, le surmonter avec facilité.
Je ne vais pas chercher à éviter une colère ou une tristesse, ou encore une peur. Je vais plutôt observer ce que cela induit sur mon corps, chercher là où par exemple ma colère fait un noeud, souvent au niveau du diaphragme…et je vais par ma respiration en pleine conscience, chercher à atténuer ce phénomène, pour m’amener à mieux vivre cette sensation malgré quelle soit désagréable.
Souvent assise, les mains posées, les yeux fermés, je me conscentre très fort par mon regard intérieur sur ma respiration, sur le mouvement que ce filet d’air qui entre et sort de par mon nez implique sur mon corps.
Selon l’état où je suis, je vais donc mieux regarder se qui me perturbe, ou une douleur dûe à ma maladie, pour la vivre pleinement, la regardée en face et non pas chercher à l’ignorer ce qui emplifie les choses.
Je peux chercher simplement à me remettre en accord avec mon corps en travaillant juste sur ma respiration ou si je suis au grand air, je vais marcher en gardant pleine conscience de ce qui m’entoure, les couleurs, les sons, les parfums, qui m’accompagne..
La méditation a toujours fait partie de ma vie, une maturité s’installe en moi depuis deux mois, un besoin de pratique au quotidien, un rendez-vous en mode « pause » dans le mouvement de la vie.
Une maturité jumelée avec cette méditation qui m’aide à mieux vivre pleinement chaque instant, chaque évènement, chaque émotion…vivre en pleine conscience et présence dans l’instant présent, ne plus me retourner en perdant mon temps sur le passé et encore moins me soucier du futur.
Je suis là plus que jamais pour moi et pour mes proches.
J’en ressens un bien-être certain, une qualité de vie, je suis moins fatiguée et surtout moins irritable, je ressens moins de douleurs, je suis plus accessible pour eux, je savoure plus que jamais la vie belle et si fragile.
Je ne me distance de rien mais je ne me laisse plus envahir, je suis bienveillante pour les autres mais maintenant pour moi.
Chacun d’entre nous peut accéder à cet état de gratitude, ce n’est pas une pratique bouleversante et encore moins contraignante et surtout cela fait partie de l’urgence que nous avons besoin de nous accorder du temps pour nous protéger du tumulte à grande vitesse de la vie, finalement, il te suffit juste d’avoir le regard bien diriger sur chaque choses que tu vis, d’écouter sur ce que cela fait sur toi et finalement tu peux te dire que tu médites, vivre pleinement sa vie est une méditation en pleine conscience.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s