Une année pour reconstruire

ec7bd2e7778e873f29d8b19ce6a313de
Panda et moi célébrons aujourd’hui notre première année de mariage.
Il y a un an, nous nous disions oui pour la vie, pour le meilleur et pour le pire comme on dit, mais il n’y a jamais de pire quand on s’aime, les épreuves de la vie sont parfois douloureuses voir cruelles, et justement c’est à deux, dans la confiance mutuelle et l’immense amour que l’on peut mieux surmonter ces épreuves, trouver des solutions, rester fixés sur l’essentiel, conscient du bonheur déjà que la vie nous donne.
Nous ne sommes pas de « jeunes » mariés, nous avons juste passé nos 45ans, c’est donc une seconde chance que la vie nous donne, et en plus de l’âge, je pense que c’est cette expérience qui nous donne la force de savourer ce qui est fragile, de ne plus s’encombrer des futilités. Les paroles se font plus posées, plus réfléchies, biensur il existe encore de rares chamailleries, mais elles ont perdues leur pouvoir de tout chiffoner, on a appris à vite les balayer.
Nous restons des jeunes mariés parce que nous n’en sommes qu’au début de l’histoire, même si cela fait réellement cinq ans que nous faisons notre vie ensemble avec mes trois Girafes.
Hier soir nous sommes allés dîner au restaurant en amoureux pour fêter l’évènement.
Une coupe de champagne offert par ma Grande, l’occasion de faire comme un premier bilan, un regard, une rétrospective sur cette première année de mariage ; nous nous sommes amusés à chercher ce qui avait pu changer, ce que cela nous avait apporté.
Respectivement, nous sommes tombés d’accord que mine de rien sans le vouloir ou le chercher vraiment, comme un évidence, le dialogue avait été plus simple, les sujets posés d’instinct, les solutions réfléchies ensemble encore plus facilement qu’avant.
Pour ma part, j’ai encore plus l’impression que jamais de construire une vie ; loin des regrets de la première, il ne faut jamais regretter nos choix et nos gestes mais bien au contraire, en extraire le meilleur pour avancer encore plus sûrement.
Et c’est du passé que j’ai appris combien je dois avancer prudemment avec Lui, combien je ne dois pas marcher seule mais bien ses pas dans les miens et les miens dans les siens.
C’est de notre âge et de nos expériences respectives que nous avons appris que tout peut basculer sur une bêtise, qu’il est donc urgent et important de rester le regard ouvert vers la vie, la chance que l’on a, les bonheurs du quotidien.
Ce que j’aime en Lui justement c’est d’être comme moi, gaga devant de simples choses, nous savons tous deux démarrer trop heureux de pouvoir prendre notre petit déjeuner sur la terrasse au soleil au gazouilli des oiseaux, nous savons tous deux adorer la nature et nous contenter de toute celle qui nous entoure tout près de chez nous pour nous balader main dans la main et s’émerveiller à chaque fois même sur le même chemin, nous savons tous deux être excités devant le coucher du soleil sur la plage, savourer les repas partager avec nos enfants, jouer à s’arroser au jet d’eau, s’éclabousser de mousse au moment de faire la vaisselle, faire des parties de jeux de société, avoir envie d’une glace même tard le soir, s’émerveiller pendant nos longues randonnées à vélo, toujours programmer ensemble des escapades et rapporter chaque fois une carte postale pour accrocher au mur au dessus du bureau, histoire de bien se rappeler chaque jour combien nous avons eu la chance d’en profiter et combien nous avons envie de remettre ça très vite.
Je me rapelle sans cesse combien je l’ai trouvé ému le premier jour de notre rencontre en janvier 2010, il revient toujours à notre sourire la tache de chocolat qu’il avait fait sur sa chemise blanche lors de notre tout premier dîner 🙂
Je ne cesserais de me souvenir à quel point Il était émue ce matin d’il y a un an, tremblant en se préparant pour se rendre à la mairie, la dernière cigarette réclamée comme celle d’un condamné 🙂
Je ne cesserai de me souvenir à quel point Il tremblait devant Mr le Maire en me passant la bague au doigt, combien Il semblait si fier en signant le registre et moi à peine le temps de me rendre compte que tout ceci était bien réel, entre Lui, le Maire dans sa première célébration la larme au coin de l’oeil, mes filles ébahies et les yeux qui pétilles, mon futur gendre en témoin, dans un irréprochable cérémonial, comme s’il apprenait une leçon 🙂
Une année déjà que je porte son nom, que j’ai plus l’impression d’avoir trouvé ma place dans sa maison, Il a encore des restes de réflexes de vieux garçons, mais cette année où nous avons commencé à reconstruire nous a rendu heureux et nous savons que nous avons la vie devant nous pour continuer ce chantier du bonheur.

Publicités

3 commentaires sur « Une année pour reconstruire »

  1. Bonjour, Très émouvant ce post. Je vous souhaite une longue histoire à 2 (et vos 3 girafes). Nous fêterons M. A et moi nos 1 an de mariage également ce 30 août, après 10 ans de vie ensemble et avec quelques années de plus. Nous savons également que c’est fragile et facile à la fois … Mais quelle belle aventure.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s